Essais politiques

 

essais-politiques-discours-sur-le-tribalismeLe tribalisme au Cameroun figure, au même titre que la corruption, parmi les maux dont souffre grandement le pays. Il n’est cependant pas suffisamment stigmatisé, pour la simple raison que nombre de personnes s’y livrent spontanément et en bénéficient.
Malgré tout, ce fléau comme tout phénomène social, a une origine, une évolution, un apogée, un déclin et une fin. Pour tout dire, il a une histoire. Bien mieux, le tribalisme n’a jamais débouché au Cameroun sur quelle que conflagration que ce soit.
Ici, point de paralysie à la belge lors de la formation de gouvernements ou de désir de rupture à la soudanaise, suite à l’antagonisme Arabe/Noirs.
En conséquence, il est possible de le juguler, voire d’aboutir à son éradication.

ACHETER LE LIVRE

 

essais-politiques-carnet-politique-um-nyobeRetracer le combat politique de Ruben Um Nyobè, de 1952, date de sa première audition devant la 4ème Commission des Nations Unies à New York le 17 décembre de cette année-là, au 13 septembre 1958, date de son odieux assassinat dans les forêts de la Sanaga-Maritime : tel est l’objet du présent ouvrage.
Il ne s’agit guère d’une biographie du nationaliste, mais plutôt d’une présentation analytique de l’action et de la pensée politiques de ce patriote hors du commun, qui ont radicalement transformé le Cameroun.


ACHETER LE LIVRE

 

 

essais-politiques-la-republique-poignardeeLes Africains acceptent-ils la République, cette forme de gouvernement d’un pays par des hommes élus ? Telle est la grosse question qui se pose aujourd’hui sur ce continent, et tout particulièrement au Cameroun, au vu du réveil des chefferies traditionnelles et leur grossière intrusion dans le fonctionnement du pouvoir à Yaoundé.
Pourtant, toutes les nations qui se sont modernisées ont commencé par liquider la féodalité en leur sein, ranger la chefferie traditionnelle au placard.
Comment la république a-t-elle vu le jour au Cameroun et comment y est-elle en péril actuellement, menacée par la féodalité ? Tel est l’objet de ce livre …


ACHETER LE LIVRE

 

essais-politiques-une-idee-contraire-de-la-republiqueUne république dynastique est insidieusement en train de naître au Cameroun. 
Les barons du régime s’attellent à placer leurs gosses partout, dans les « grandes écoles », les sociétés d’Etat, la haute administration, et transforment notre pays en leur propriété privée. Ils désirent que leurs enfants le contrôlent demain ainsi qu’ils le font déjà de manière calamiteuse eux-mêmes aujourd’hui, et que ceux-ci, à leur tour, commandent les enfants des autres.
Par cette action, ils dénaturent totalement la république au Cameroun, dont l’essence est avant tout « égalité de chances pour tous », et dévoilent ce faisant leur esprit essentiellement féodal.
Que faire pour lutter contre cela ? Tel est l’objet de ce livre.


ACHETER LE LIVRE

 

essais-politiques-le-limogeage-ahmadou-ahidjoLa démission surprise d’Ahmadou Ahidjo, premier président de la République du Cameroun, est demeurée jusqu’à ce jour – et, peut-être, le sera encore pour longtemps – une véritable énigme. Comment cela se peut-il qu’un homme qui tient le pays d’une main de fer, a réduit à néant la contestation de son régime, si forte au début de son règne, et qui n’est âgé que de cinquante-huit ans décide, tout d’un coup, de se retirer du pouvoir ?
Ce livre apporte un éclairage nouveau sur cette page importante de l’histoire du Cameroun, en se basant sur la vision française de l’Afrique, et les liens étroits tissés entre Paris et Yaoundé, dès la naissance du régime d’Ahmadou Ahidjo le 18 février 1958, et qui ont fait que, tout au long de son règne, le premier président camerounais s’est trouvé dans l’incapacité de refuser quoi que ce soit à la France…y compris le désir de l’Elysée de le voir quitter le pouvoir.


ACHETER LE LIVRE

 

MbidaLorsqu’André-Marie Mbida est renversé par Jean Ramadier, le Haut-commissaire de la France au Cameroun, le 11 février 1957 et remplacé par Ahmadou Ahidjo, quel n’avait pas été l’espoir qu’avaient nourri les Camerounais vis-à-vis du nouveau Premier ministre et chef du gouvernement, bien que très peu connu du public.
Mais bien vite, la désillusion s’est installée. Ahmadou Ahidjo a repris avec zèle la persécution des indépendantistes que menait déjà son prédécesseur. Pis encore, il a même surpassé ce dernier en devenant le docile maître d’œuvre de l’instauration de la Françafrique au Cameroun. Il a plombé ainsi pour des décennies le destin du pays. Il instaurera un régime de terreur au Cameroun 24 années durant et sera « démissionné » par Paris en laissant une population vivant dans la peur, et une économie contrôlée par les grands groupes industriels français.


ACHETER LE LIVRE

 

essais-politiques-la-republique-amnesiqueLa République du Cameroun est un exemple parfait de République qui s’attelle à tout oublier de son passé, sauf quand celui-ci glorifie la France. 
L’oubli est entretenu au point où les municipalités préfèrent baptiser les rues des villes de noms de fruits, plutôt que de personnages de notre histoire.
 Les grands événements qui auraient pu faire la fierté nationale sont relégués en simple faits divers.
L’indépendance du Cameroun n’ est plus fêtée aujourd’hui. Imagine-t-on les Algériens ou les Américains qui ne célébreraient pas la leur ? Que dire alors de la réunification, aboutissement d’une lutte de 45 ans ?


ACHETER LE LIVRE

 

essais-politiques-j-accuse-le-g-buluIl est né un groupe de conspirateurs, le « G Bùlu », entendez, des hyènes tapies autour du Président Biya au Cameroun, et qui ont pour dénominateur commun d’être des cadres Bùlu déterminés à confisquer le pouvoir, prétendument pour le bien de la tribu, le jour qu’ils estiment proche, où celui qui les a fait roi ne s’y trouvera plus. 
Ils sont extrêmement féroces, criminels et sournois, dans cette course à Etoudi qu’ils ont rendue sanguinaire.


ACHETER LE LIVRE

 

essais-politiques-la-question-tribale-et-la-politique-au-camerounLa question tribale fait partie des sujets embarrassants que ne désirent guère aborder, de manière franche, les Camerounais. Tous dénoncent le tribalisme, mais, dans le même temps, ne se privent pas de le pratiquer. 
Le présent ouvrage n’est pas un traité sur le tribalisme. Il se veut une étude sur la relation entre la politique et les groupes ethniques au Cameroun. Comment le gouvernement camerounais, dès les premiers jours de l’indépendance, puis de la réunification, s’est-il servi de ceux-ci pour se maintenir ? Comment les leaders d’opinion et les hommes politiques, depuis le retour de la démocratie, s’en servent-ils, à leur tour, pour parvenir à leurs fins. La question tribale peut-elle être sur-montée au Cameroun ? Que faire pour cela ?


ACHETER LE LIVRE

 

essais-politiques-les-3-complices-du-probleme-anglophone-aujourdhuiIls sont trois qui, par leur comportement, ont empoisonné pour des décennies, la vie de notre pays. Pierre Messmer, Haut-commissaire de la République française au Cameroun, Ahmadou Ahidjo, premier Président du Cameroun, John Ngu Foncha, second premier ministre du Southern Cameroon, puis premier Vice-Président de la république Fédérale du Cameroun. 
Pierre Messmer a suggéré à Paris la réunification par absorption pure et simple du Southern Cameroon, au profit de la France ; Ahmadou Ahidjo, obligé et protégé de Paris, a exécuté sans état d’âme les ordres de l’Elysée, d’autant que ceux-ci lui profitaient ; et John Ngu Foncha, hanté par une invasion Igbo du Southern Cameroon, s’est jeté les yeux fermés dans les bras d’Ahidjo. Plus tard, il l’a regretté. 
Aujourd’hui, à cause de ces trois compères, le mécontentement anglophone est un gros boulet que traîne le Cameroun à sa cheville. Il lui faudra des trésors d’énergie pour s’en défaire …


ACHETER LE LIVRE

 

essais-politiques-histoire-du-cameroun-tome-1Ce livre constitue la seconde édition du livre d’Histoire du Cameroun que nous avons publié en 2010. Nous y avons rajouté de nombreux documents découverts aux archives nationales, et qu’il nous est apparu impossible de laisser de côté. En conséquence, nous avons raccourci ce Tome 1, en l’achevant cette fois-ci, non plus en 1955, mais plutôt en 1952, par le discours historique de Ruben Um Nyobè à l’ONU le 17 décembre 1952. 
Toutefois, l’esprit du livre est demeuré le même, à savoir, une histoire qui renoue avec les pages glorieuses, parfois écrites en lettres de sang, de notre passé. Une histoire qui ne rabaisse pas les uns, pour attribuer le beau rôle à d’autres. Une histoire qui s’efforce de retracer l’évolution politique du Cameroun, à la veille de l’indépendance, tout comme après celle-ci, sans déformation.


ACHETER LE LIVRE